L’aventure continue avec un grand A -

A 6H30, ce matin un petit déjeuner en équipe avant que chacun ne vaque à ses occupations. Non sans avoir eu Serge au téléphone 30 secondes qui semblait dans un état second. Le téléphone de la Fleet Broad Band ne fonctionne plus, l’antenne intérieure de son Iridium ne fonctionne pas. Du coup, il est contraint de sortir pour nous appeler et il semblait important pour Serge de pouvoir communiquer ce jour, plus que n’importe quel autre jour! Il ne faut pas compter sur le réseau téléphonique Mozambiquais qui fonctionne ou pas comme si votre fournisseur téléphonique faisait des blocks out plusieurs heures par jour voir plusieurs jours d’affilé, donc pas de réseau. Il en est de même pour l’électricité ou l’eau courante dans les villes, sans préavis cela coupe pour un temps indéterminé. Ainsi à Pemba, il y a eu de gros soucis d’alimentation générale en électricité, il y a quelques mois de cela et pendant 2 mois, plus d’alimentation électrique du tout dans tout Pemba. Ceux qui le peuvent compensent par des groupes électrogènes!
Pour en revenir à Serge, il est inquiet. Inquiet de savoir où il est, où il va avec un vent important et des vagues impressionnantes. Il a depuis 2 jours attaché son ancre flottante pour minimiser la dérive vers le nord. Je vous invite à regarder les cartes de Sat Océan en page d’accueil qui donnent une bonne idée de la situation pour qui a envie de comprendre. Je n’y connaissais rien et sans y connaitre davantage, cela me fait mieux comprendre la situation.
Il y a 2 jours, nous pensions que Serge arriverait vendredi près des côtes mais ce matin, le délai se rallonge et cela Serge ne peut l’encaisser sereinement, dans un stress permanent, ce jour il a peur de cette mer déchainée et semble complètement désemparé. Nous ne parlons plus d’objectif avec lui mais de se rapprocher de la côte car nous ne savons pas si les conditions permettront à Serge d’atterrir ici ou là. Avec un bateau à rames, on n’accoste pas comme on veut où on veut!
Quoiqu’il en soit John a passé la matinée à remuer ciel et terre avec tous ses contacts pour essayer de solutionner la trouvaille d’un bateau dont nous avons impérativement besoin pour rejoindre Serge à quelques milles des côtes et si nécessaire le remorquer vers le sud s’il atterrit en Tanzanie.
Pendant ce temps, René a oeuvré pour terminer le support du bateau qui ressemble à une remorque. Ce fut un boulot de titan depuis lundi pour que tout soit prêt ce jour. La pression lâche un peu chez lui.
Demain, nous finaliserons encore quelques détails sur Pemba et nous nous tiendrons prêts à prendre la route vers le nord, destination Palma, en espérant que nous n’aurons pas besoin d’aller en Tanzanie!
Video de David en ligne qui donne une petite bouffée d’oxygène en vous montrant à quoi ressemble la vie au bord de l’océan!